La Phobie Scolaire réelle panique qui peut amener à des tentatives terribles.

Je reviens aujourd’hui parler d’un sujet qui se tend à être de plus en plus connu et ressenti dans de nombreuses familles, chez des enfants, adolescents pas forcément E.I.P, cela touche tous niveaux : La Phobie Scolaire.

Ils ne peuvent plus et non ne veulent plus se rendre en cours parce qu'ils ressentent une angoisse pétrifiante liée à l'établissement (Ecole, Collège, Lycée, IUT, FAC…,) et à l'environnement scolaire.

Ils ne sont pourtant ni paresseux, ni « décrocheurs » Ces élèves aiment apprendre mais sont  victimes de ce que l’on appelle «phobie scolaire». Ce trouble anxieux encore méconnu qui peut avoir des conséquences terribles. Déçu 

 

 

Qu'est-ce que la phobie scolaire ?

La phobie scolaire n’est pas l’angoisse de la séparation du petit enfant à l’école maternelle, ou l’absentéisme et le refus scolaire de l’adolescent, où la réaction d’anxiété n'est pas présente. C'est une vraie phobie liée à la scolarité ! Elle touche autant les garçons que les filles, le plus souvent à l'adolescence mais cela touche de jeunes enfants  le plus souvent à l'entrée du CP, la maternelle se passant bien en général, et même les étudiants sont touchés par cette peur grandissante qu'est la phobie scolaire.   

Qui est atteint ?

La phobie scolaire atteint aussi bien les bons élèves comme les moins bons. Selon les études, 1 à 5 % des enfants scolarisés dans les pays occidentaux souffrent de phobie scolaire.

Les symptômes de la Phobie Scolaire ?

Nous savons aujourd’hui que chez les enfants qui souffrent de cette détresse, la peur se manifeste par des crises d'angoisse, des crises de panique, des invasions de larmes. Ces crises se traduisent très souvent par des réactions aussi bien psychologiques que physiques (douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées, migraines, sueurs froides, la tachycardie, insomnies, cauchemars...).

L'idée d'aller en cours le lendemain les effrayent, les paralysent.  Moins souvent, les réactions peuvent êtres si violentes qu'elles peuvent entraîner des troubles cardiaques voire même des évanouissements. Et dans de terribles cas, la phobie scolaire peut causer automutilation, scarification, dépression, états suicidaires et cas horrible, suicide ! Il est important donc de comprendre que le jeune ne simule pas et que ces symptômes sont de réelles souffrances...

 Quels signes évoquent une phobie scolaire ?

La phobie scolaire se traduit chez les collégiens, les lycéens par de l'absentéisme, parfois, le jeune arrive au collège ou au lycée en retard et, pour ne pas entrer en classe, passe sa journée en permanence, à l'infirmerie ou rentre à la maison. Malheureusement ces signes ne sont pas toujours détectés. On pense alors que le jeune est un « perturbateur, un fainéant… ». De temps en temps, dès les premières manifestations de la phobie, il ne peut plus du tout se rendre en cours. De ses multiples absences, il se trouve dans l'incapacité totale de retourner en classe. Il peut refuser de sortir de chez lui, parfois même de se lever le matin, advint à ne plus vouloir se rendre à ses loisirs, ne pratique plus aucune activité sportive, ne sort plus avec ses amis et donc s'isole de plus en plus.

 

Ce comportement témoigne d'une véritable souffrance psychique qui perturbe très vite l'équilibre familial. Les parents ont déjà à ce stade tout tenté pour le raisonner de retourner en cours : la douceur, la négociation, au final les menaces. Le jeune fait pourtant ce qu'il peut pour retourner à l'école mais n'y parvient pas pétrifier par la peur, peur qui est réellement présente, pénible à gérer, l’enfant sachant très bien que cela le pénalise dans tous les domaines..

 

Quelles sont les causes ?

Les causes de cette angoisse ne sont pas les mêmes selon les individus et leur histoire personnelle, mais des facteurs communs sont observés tels qu’une peur envahissante de l'échec, du jugement, du regard des autres, des professeurs et plus encore des autres jeunes de l’école. L'enfant peut invoquer la peur d'un prof surtout chez l’EIP en qui il n'a pas confiance et qui le met mal à l'aise en classe face à ses camarades qui lui montreront très vite qu’il ne fait pas partit du clan, qu’il est de trop, qu’on ne veut pas de lui, cela peut mener jusqu’à la persécution, le harcèlement, les coups, envers ce jeune, qui souffre et n’arrive à ce sortir de cette peur panique.

Quelles sont les conséquences ?

Sur le long terme cela peut avoir de terribles conséquences : désocialisation, déscolarisation totale, dépression, conséquences sur l'avenir professionnel et parfois suicides En pleurs terribles conséquences, n’est-ce pas ? Mais qui arrivent malheureusement dans certains cas, car mal compris le jeune n’en peut plus et fini par ce geste horrible ! 

Que faire en cas de phobie scolaire ?

Déjà en parler, vous n’êtes pas seuls Sourire Des Associations sont là pour vous aider à comprendre cette phobie scolaire. Vous pouvez également parler avec d’autres parents confrontés à cette situation.

Aux  professeurs quand ils se sentent concernés par la situation de leurs élèves, à l'infirmière de l'établissement toujours à l'écoute, au médecin scolaire ou à l’assistante sociale, ils sont autant d'interlocuteurs possibles et surtout consulter sans tarder. Une fois dépistée, la phobie scolaire doit être traitée auprès d’un médecin spécialiste qui proposera si besoin une psychothérapie et/ou un traitement médical.

 

 

 

 

 

 

 

Vous trouverez en PDF des adresses de CMP, CMPP, Maisons des Adolescents et PAEJ dans toute la France.
 Cliquez sur le Document → CMPP, CMP, Maison des Adolescents ...CMPP, CMP, Maison des Adolescents ... (123.16 Ko)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 20/09/2016

×