Pourquoi peut-ont être amené à descolariser son enfant ?

Descolariser de l ecoleL’Education Nationale se revendique de faire partie des meilleurs en ce qui concerne l’instruction et l’accueil des élèves dans les écoles pour tous les enfants sur le sol français.

Pourtant d’après une étude de l’OCDE (l’Organisation de coopération et de développement économique), la France se rapprocherait un peu plus du fond de la classe, près du radiateur et se placerait 25ème (avec 495 points) source du figaro publiée sur internet le 3.12.2014. 

 Un système inégalitaire où l'écart entre les élèves performants et faibles augmente. L’inégalité et bien présente dans le système scolaire français et touche les enfants de tout niveau, les surdoués sont montrés du doigt par certains enseignants.

Comme certaines familles, nous avons après une longue réflexion, franchis le pas. Et avons décidé pour notre fils de faire l’école à la maison suite à une très mauvaise expérience dans ce système scolaire, nous n’avions plus le choix, face à sa détresse ! En pleurs 

Les enseignants depuis le CP, ne le supportaient pas, ne le comprenant pas, voire ne voulant pas comprendre son esprit vif de compréhension, l’école n’aime pas la différence. Enzo, comme de nombreux Enfants à Haut Potentiel en a fait les frais. En classe, il répondait sans hésiter aux questions, et en posait de façon incessante, pouvait intervenir au niveau d'une question dont la réponse lui semblait peu conformiste à sa vision réelle du sujet, il s’intéressait, s’interrogeait, «tout savoir» dérangeait ses instituteurs, lui faisant bien comprendre qu’il était en trop dans cette école ! 

Il lui arrivait et lui arrive encore de répondre avec des réponses très cohérentes, souvent sans lever le doigt ce qui d’ailleurs lui a couté des tours de cours !

 La dernière semaine passée à l’école avant sa déscolarisation en 2014, l’institutrice l’avait puni d’une quarantaine de tours pour ne pas s’être servi de l’équerre pour tracer un angle droit, et dix de plus dans la même journée pour avoir bien répondu à une question dont ses camarades ne trouvaient pas la réponse, l’institutrice devant toute la classe a déclaré : - Puisqu’Enzo aime faire du sport, il va en faire !!!  C’était devenu de la maltraitance c'est le terme qu'il faut employer ICI ! Surtout que nous avons su par Enzo bien plus tard que ce n’était pas la première fois qu’il subissait des punitions de ce genre.

Il fallait absolument que nous le sortions de cette école. C’est simple, tous reprochaient obstinément son attitude en le qualifiant « d’ingérable ». 

Non mais j'hallucine, ingérable. Voila comment qualifie les instituteurs qui ne connaissent pas les "particularités" des enfants surdoués.

Je ne réfute pas qu’il pouvait ne pas tenir en place vu qu’il finissait le travail avant ses camarades, il s’ennuyait et c’est long pour un enfant de rester en classe calmement si l’a rien à faire …..

Alors pourquoi ne pas lui avoir donné tout simplement un travail supplémentaire, ce dont a besoin l'enfant surdoué : l’accélération, l’enrichissement, et l’approfondissement, il est certain que ces 3 vocables reposent sur le volontarisme des enseignants et de l’équipe pédagogique ; mais hélas ils ont préféré les reproches et les punitions !! C’est tellement plus simple, et évite des stages de formations "INUTILES", la vision de certains instituteurs étant déjà formatée.

En cours, depuis son entrée en primaire, il était à l’écart du groupe,  oh, pas parce qu'il le souhaitait, mais parce que les instituteurs l’avaient décidé, oui exactement, et cela pour le bien de la classe soit disant !!

Ses camarades ne l’intégraient pas en récréation, souvent se moquaient de lui, le rejetaient, en arrivaient à le bousculer « pour jouer »….   C’est simplement intolérable, de penser ce qu’il peut se passer dans la cour d’une école.

Enzo avait très peu d’amis.  C’était réellement devenu invivable. Imaginez un enfant de 7 ans ½, en général heureux d’aller en classe, retrouver ses camarades de jeux, travailler avec le groupe, rire, passer de bons moments avec la maîtresse ou le maître, s’instruire, apprendre encore et encore !

 L'éducation scolaireHélas, il  n’a pas eu cette chance en établissement scolaire. Le « paria » de l’école, voilà ce qu’était Enzo aux regards de cette école Gersoise.

 Une phobie scolaire s’est installée : maux de ventre, nausées, maux de tête, cauchemars, pleurs le matin avant de partir.

Quand j’en ai discuté avec le Directeur, il m’a répondu que c’était des simagrées ! Et qu’il connaissait « ses douleurs de ventre ».  Lui, le simple instituteur ne le connaissait que depuis le Cp....  C’était certain, son idée était déja faite , Enzo « jouait la comédie » 

Phobie Scolaire  Qu’Est-ce que la phobie scolaire   ?

 La phobie scolaire ou le refus anxieux de l’école, est une peur que l’enfant ne peut contrôler.

 Chez les plus jeunes, cela se traduit souvent par des maux somatiques (maux de ventre, nausées, vomissements, diarrhées, vertiges, céphalées,...). Cela peut aggraver une pathologie organique préexistante (diabète, asthme, sinusite, acné...).

 Obliger les enfants, les adolescents, les lycéens à aller à l'école peut provoquer chez eux de grosses crises d'angoisses et de larmes voire même de dures réactions psychologiques ou physiques (évanouissements, difficultés à respirer, tachycardies, et chez certains pouvant aller jusqu’aux tentatives de suicides.

Terrible me direz-vous, mais cela se produit pour le grand malheur des familles, des jeunes ne supportant plus les agressions physiques et ou verbales, les « jeux » du foulard, de la canette, le happy slapping ….qu’ils subissent à l’école ou en dehors de la part d’autres jeunes de leurs âges font que ces jeunes en arrive à la pire des choses le suicide.

Il existe deux formes de phobies   

 

La phobie à l’origine d’ordre psychologique : Elle peut être due à une angoisse lors d’une séparation ou à une dépendance de l'enfant avec sa mère, mais également à un choc affectif qui peut trouver son origine au sein de la famille (décès, divorce, changement de domicile...) ou bien au sein de l'établissement scolaire (moqueries, tête de turc, peurs de l’échec et situations d'échec répétées, agressions, rackets, harcèlements…)

 La phobie conséquente à un problème d'apprentissage soit de précocité, soit de dysfonctionnement : Ces enfants en décalage avec la norme, se doivent de livrer un grand combat perpétuel pour essayer de rester dans cette norme demandée au niveau du système scolaire.

 Si la majorité des enfants précoces s'en sort relativement bien au primaire, un grand fossé se creuse nettement au collège.

En 3ème, si les chiffres sont exact, un tiers des enfants précoces réussirait brillamment au niveau de leurs attentes, un autre tiers serait plutôt moyen tandis que le dernier tiers se trouverait en échec scolaire total.

 Depuis plusieurs années maintenant, des associations de parents d'enfants précoces luttent pour obtenir des aménagements spécifiques pour une meilleure scolarité des EIP, mais les quelques classes créées par le Ministère ne sont que des îlots qui ne pourront malheureusement accueillir tous ces enfants en naufrages. Il faut vraiment se battre pour que cela change !

 Souvent de plus en plus de parents choisissent la déscolarisation, seule solution qu’ils trouvent comme à était notre cas.

 Enormément de parents témoignent de la souffrance, de l'angoisse, des troubles somatiques et parfois même des régressions intellectuelles massives de leur(s) enfant(s) surdoué(s).

Ces enfants rencontrant souvent l'incompréhension des enseignants face au fait qu'ils savent plus de choses que les enfants de leur âge, face à leurs nombreuses questions, face à leur langage trop souvent « adulte », les autres enfants ne comprenant pas non plus, n’intègreront pas le doué dans leurs groupes de copains.

L'instruction à la maison

 Les parents qui ont comme nous fait le pas de sortir leur enfant de l'école, disent combien ce dernier est transformé après quelques mois seulement à la maison, comment il a retrouvé la simple joie de vivre et le goût d'apprendre. L'enfant ayant la possibilité de "se nourrir" à la hauteur de son attente tout en étant soutenu par ses parents qui pourront l'aider efficacement à structurer connaissances et apprentissages.

 Il est important d’encourager et d’aider ces enfants dans tous les domaines. Ils ont besoin de se sentir dans une relation d'égal à égal, d'êtres reconnus, les recherches communes sont un vrai plaisir pour eux et comblent en même temps leur affectif très important.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 07/06/2017

×