De l'harmonie avant toute chose chez les enfants doués, Arielle Adda "Journal des femmes"

Arielle addaArielle Adda, psychologue depuis plus de trente ans, en institut spécialisé et en cabinet de recrutement. Elle s'est spécialement intéressée aux problèmes des enfants doués. Elle fait des conférences sur le sujet et participe à de nombreux colloques, tant en France qu'à l'étranger.

Elle est également auteur des livres :

« Le livre de l’enfant doué : le découvrir, le comprendre, l’accompagner sur la voie du plein épanouissement », aux éditions Solar « L’enfant doué », chez Odile Jacob.

Et bien d’autres ouvrages, comme :

« Psychologie des enfants très doués », qui recense toutes les chroniques publiées sur le Journal des Femmes.

En 2015, elle écrit avec Thierry Brunel le livre « Adultes sensibles et doués » pour trouver sa place au travail et s'épanouir (éditions Odile Jacob).

Depuis la rentrée Arielle Adda, continue à écrire ses articles intéressants sur les enfants surdoués et voilà donc un extrait de ce dernier mis en ligne le 15 Avril 2020 sur le magazine "Le journal des femmes".

Ce mois-ci l'article mis en ligne à pour sujet "De l'harmonie avant toute chose chez les enfants doués"

Voici quelques lignes de cet article très important, et à lire absolument !

LE JOURNAL DES FEMMES

Quand on y songe d'une certaine façon, il apparaît bien que c'est un souci d'harmonie qui prédomine chez les personnes douées et naturellement chez les enfants, même si, parfois, ce souci prééminent ne semble pas tellement évident au vu de leurs réactions parfois ahurissantes.

Ce besoin d'harmonie est pourtant vital, il s'accompagne d'un désir de paix, de sérénité, et de ce calme propice à l'étude. Surtout, il s'applique à toutes les circonstances de l'existence. Cette harmonie entre en résonance avec l'atmosphère sans aucune dissonance. Aucun élément ne doit bousculer cette  tranquillité où le corps et l'esprit se sentent enfin en confiance. C'est alors seulement que l'enfant doué peut donner le meilleur de lui-même : il sait qu'il ne lui est plus nécessaire de rester sur ses gardes, il sera compris, aucun malentendu ne le heurtera douloureusement, comme cela arrive si souvent.

On conçoit bien que les enfants doués cherchent  à nouer des relations amicales dépourvues de la moindre pensée négative de jalousie, de rivalité, d'agressivité, tout sentiment troublant une amitié jusqu'à la rendre froide, vidée de toute émotion, les obligeant à rester sur leurs gardes pour ne pas être pris au dépourvu quand ces "amis" les trahissent comme ils en ont très tôt la triste expérience. Eux, qui ont envie de partager leurs idées, leurs rêves, leur admiration pour des héros de livres, de BD, ou même de la grande histoire, sont si souvent déçus par ceux qu'il croyaient des amis qu'ils commencent à  se croire voués à la solitude pour des raisons qui leur échappent.

Repousser ses limites

Au delà de cet enthousiasme pour des personnages fictifs ou réels, il y a un certain idéal, celui qui entraîne ces héros à se dépasser, à aller  jusqu'au bout de leur action, malgré les obstacles et la peur qu'ils suscitent. Cette idée coule de source, c'est le propre des héros de repousser leurs limites, on raconte leur histoire afin de fournir un sujet d'admiration et parfois la naissance d'une vocation. Même si on se sent encore faible et dépourvu de toute expérience, il est réconfortant de savoir qu'il existe  des êtres courageux, épris d'absolu au point d'affronter  des périls ou des ennemis parce qu'ils ne sauraient pas se comporter différemment. Il convient de se conduire en restant en accord avec soi-même, sinon l'harmonie est rompue. C'est justement la caractéristique principale des héros de conserver cette cohérence sans dévier de leur trajectoire. On ne peut imaginer un héros inconstant et peu fiable.

Un besoin de cohérence, loin du conflit

Ce besoin de cohérence, notion qui va de pair avec l'harmonie, paraît tout naturel. Comment peut-on privilégier le désordre, l'absence de logique, l'injustice, toute situation provoquée par une rupture dans l'harmonie du monde. Comment survivre dans une situation éprouvante de conflit ? Ce seul mot provoque des frissons d'effroi, les personnes douées s'appliquent à faire tout leur possible pour éviter ce "conflit" qui leur fait horreur. Si on pousse encore cette idée, les catastrophes et, plus généralement, le chaos procèdent d'une harmonie détruite.  Il n'y a alors plus de vie possible, ce serait une succession imprévisible d'événements qui se télescopent sans qu'on puisse exercer la moindre maîtrise. En élargissant les conséquence de ce chaos, les planètes pourraient tout aussi bien suivre des trajectoires erratiques et, pourquoi pas, se heurter dans le plus grand désordre, mais il est plus sage d'éviter d'envisager une telle éventualité.

C'est, en particulier, ce principe d'harmonie qui  fait se hérisser  les enfants  doués face à l'injustice que jamais rien ne peut justifier : elle rend  impossible tout  retour  à l'ordre puisque les fondements de la société  en ont été sapés par ceux-là même chargés de le faire respecter et d'en transmettre la notion. Quand on sait à quel point les enfants doués cherchent à exercer une certaine maîtrise sur le monde qui les entoure pour tenter d'en comprendre le principe premier et trouver une grille de lecture expliquant tout chose, on comprend à quel point la disparition de toute harmonie peut les révulser. Cet attrait pour un équilibre apaisant trouve son illustration dans l'art, ou même tout simplement dans l'architecture. Un bel édifice est une construction harmonieuse.  Les tableaux qu'on pourrait contempler un temps infini sont très élaborés dans leur conception. Pour certains artistes, un défaut, même imperceptible et pratiquement invisible, gâche l'œuvre tout entière.

Pour lire la suite de l'article vous pouvez cliquez ICI

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire