Enfant doué : se sentir compris dans leur famille

Arielle addaArielle Adda, psychologue depuis plus de trente ans, en institut spécialisé et en cabinet de recrutement. Elle s'est spécialement intéressée aux problèmes des enfants doués. Elle fait des conférences sur le sujet et participe à de nombreux colloques, tant en France qu'à l'étranger.

Elle est également auteur des livres :

« Le livre de l’enfant doué : le découvrir, le comprendre, l’accompagner sur la voie du plein épanouissement », aux éditions Solar.

« L’enfant doué », chez Odile Jacob.

Et bien d’autres ouvrages, comme :

« Psychologie des enfants très doués », qui recense toutes les chroniques publiées sur le Journal des Femmes.

En 2015, elle écrit avec Thierry Brunel le livre « Adultes sensibles et doués » pour trouver sa place au travail et s'épanouir (éditions Odile Jacob).

 

Depuis la rentrée Arielle Adda, continue à écrire ses articles intéressants sur les enfants surdoués et voilà donc un extrait de ce dernier mis en ligne le 15 Octobre 2019 sur le magasine le journal des femmes.

11609750Ce mois-ci l'article mis en ligne le 15/10/2019 à pour sujet "Enfant doué : Se sentir compris en famille"

Arielle Adda, parle de ces enfants qui ne se sentent pas toujours compris autant par la Société que par leur famille.

Cet article est vraiment intérêssant et note une réelle solitude chez ces enfants surdoués incompris qui pensent que si ses parents ne les comprennent pas alors, qui le fera ?

Voici quelques lignes de cet article très important, et à lire absolument !

On sait qu'il est très difficile pour un enfant doué de trouver une attitude compréhensive chez les adultes qui s'occupent de lui.

 

Bien évidemment, comment peut-on repérer un enfant doué au sein d'une classe, surtout quand il ne tient pas à se faire remarquer, et, d'une façon générale, les indices, parfois très discrets, ne sont pas compris dans leur pleine signification. On s'attendrait alors à ce que les parents comprennent les réactions de leur enfant, qu'ils l'aient ou non identifié comme un enfant doué dont il est préférable de connaître le mode d'emploi spécifique. Et même alors, ils ont encore tendance à le ramener aux notions ordinaires définissant un enfant de son âge. Ils n'ont pas envie de le différencier, ce qui pourrait signifier le stigmatiser. Ils préfèrent le considérer comme tous les enfants, ce qui revient à considérer comme un caprice bénin une demande que l'enfant considère à ce moment là comme vitale ou bien à estimer dérisoire un événement que l'enfant voit comme une catastrophe sans précédent, modifiant pour toujours le cours de son existence, les enfants doués s'en tenant rarement aux demi mesures. 

Les parents hésitent à s'engager dans des chemins peu explorés par les pédagogues. Ils jugent plus prudent de s'en tenir à une grille de lecture ordinaire, modérément teintée de psychanalyse, mêlée d'applications de philosophie plus ou moins orientale. Une remarque banale, une critique à peine esquissée, mais énoncée à un moment inopportun, peuvent signifier pour un enfant doué une barrière mettant un terme à tous ses rêves de réussite ou bien le rejet dans une médiocrité sans la moindre lueur d'espoir parce qu'il n'aura pas compris une explication ou bien raté un exercice enfantin dont la formulation lui avait parue complètement obscure. Pour lui, ce serait la confirmation de ce qu'il avait toujours craint parce qu'il savait au fond de lui qu'il était nul, mais il avait réussi à donner le change, aidé par une chance insolente, et voilà que cette imposture se révèle au grand jour sans qu'il puisse tenter quoi que ce soit pour redresser cette situation dramatique, puisque, justement, il est nul.

Si on lui dit d'un ton léger que l'erreur est humaine et que cette erreur n'est pas si grave, il pense qu'on essaie de l'endormir avec des paroles lénifiantes, mais il ne peut pas en être dupe, il sait bien qu'il est nul et maintenant tout son entourage le sait aussi, ce n'est pas le peine de tenter de le consoler par des mensonges, il faudra bien qu'il affronte l'horrible vérité. Il sera courageux, résigné, et vaillant dans l'infortune. Il faut bien avoir présent à l'esprit qu'un enfant doué envisage beaucoup plus souvent la catastrophe irrémédiable que l'incident mineur et négligeable. Il ignore la façon qu'ont  la plupart des enfants de se rassurer en disant "ce n'est pas grave" avant d'aller jouer en ayant tout oublié de ce manque qui aurait pu, ou dû, les rendre honteux.

L'enfant doué voit sa vie basculer sans retour possible : si on ne comprend pas exactement ce qu'il éprouve à ce moment-là , il se sent encore plus seul, plus misérable et plus désespéré. Quand il constate que même ses parents qui l'aiment tant,

Pour lire la suite de cet article cliquez ICI

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×