L'Anxiété des enfants doués ! "Arielle Adda chroniques Journal des femmes"

Arielle addaArielle Adda, psychologue depuis plus de trente ans, en institut spécialisé et en cabinet de recrutement. Elle s'est spécialement intéressée aux problèmes des enfants doués. Elle fait des conférences sur le sujet et participe à de nombreux colloques, tant en France qu'à l'étranger.

Elle est également auteur des livres :

« Le livre de l’enfant doué : le découvrir, le comprendre, l’accompagner sur la voie du plein épanouissement », aux éditions Solar « L’enfant doué », chez Odile Jacob.

Et bien d’autres ouvrages, comme :

« Psychologie des enfants très doués », qui recense toutes les chroniques publiées sur le Journal des Femmes.

En 2015, elle écrit avec Thierry Brunel le livre « Adultes sensibles et doués » pour trouver sa place au travail et s'épanouir (éditions Odile Jacob).

 

Depuis la rentrée Arielle Adda, continue à écrire ses articles intéressants sur les enfants surdoués et voilà donc un extrait de ce dernier mis en ligne le 15 Octobre 2019 sur le magazine le journal des femmes.

Ce mois-ci l'article mis en ligne le 14/02/2020 à pour sujet "L'anxiété des enfants doués" !

Arielle Adda, parle dans cet article entre autre "des angoisses de l'enfant doué en dehors de l'école"

Voici quelques lignes de cet article très important, et à lire absolument !

  Beaucoup de parents évoquent les réactions anxieuses de leur enfant, eux-mêmes angoissés par leur impuissance à apaiser ces craintes sans fondements qui l'envahissent, sans que quiconque parvienne à les combattre.

Elles sont le plus souvent provoquées par des événements tellement anodins qu'on n'aurait jamais songé qu'ils puissent déclencher des idées aussi noires. Les parents découvrent avec effroi que leur enfant se tourmente sans raison autre que fantasmatique : il est anxieux de nature, comme on peut aussi être asthmatique, il ne faut pas grand-chose pour entraîner des réactions complètement disproportionnées.

Les contrôles à l'école

Un contrôle en classe  constitue une des causes les plus banales : tous les enfants appréhendent ce moment, mais l'enfant doué en est littéralement malade, il a mal au ventre, il ne peut pas dormir alors qu'il connaît son cours par cœur. Pour finir, il a un énorme trou de mémoire lors du contrôle et il présente toutes les caractéristiques de l'élève qui n'a rien préparé. Si bien que lorsqu'un contrôle est prévu, toute la séquence se déroule déjà dans son esprit : révision consciencieuse, vérification par ses parents de sa capacité à réciter sans hésitation tout le cours, puis nuit blanche, nausées, angoisses, et trou noir le lendemain devant une page qui reste obstinément blanche : il a eu le sentiment que toutes ses connaissances se sont effacées de sa mémoire.

Il est facile de tirer la conclusion de cette situation : il est nul, il ne fera jamais rien de sa vie puisqu'il ne pourra jamais passer un seul examen et il ne sait pas comment ressembler aux autres enfants qui ont modérément peur d'un contrôle, mais qui savent répondre à toutes les questions s'ils l'ont suffisamment préparé. Toutes les tentatives pour apaiser ces craintes exagérées et injustifiées se sont révélées vaines, l'amélioration a été chaque fois si discrète qu'elle ne permettait pas de la considérer comme satisfaisante, ce qui est encore plus désespérant. Cette angoisse à l'idée du contrôle représente la partie la plus dérangeante de l'ensemble à cause des conséquences qu'elle entraîne et de l'image catastrophique que l'enfant anxieux donne de lui, puisqu'on le croit paresseux et indifférent à ses résultats. Malgré tout, on ne doit pas se décourager, il arrive qu'une méthode ou un traitement se révèlent miraculeusement efficaces, peut-être parce qu'ils ont été entrepris à un moment propice.

Les angoisses des enfants doués, en dehors de l'école

En dehors de l'école, l'enfant anxieux se dessèche d'angoisse quand ses parents rentrent plus tard que d'habitude. Depuis quelques années, l'actualité peut alimenter abondamment  toutes les craintes, il est impossible d'y échapper, même quand les parents s'appliquent de leur mieux à préserver leur enfant de l'annonce de ces drames et des commentaires qui les accompagnent.
Lui sait bien que ce danger est constant, il ne peut pas être dupe des paroles apaisantes des adultes de son entourage, il est plus inquiet pour ces adultes qui courent de plus grands dangers que pour lui, relativement protégé par sa vie routinière. D'ailleurs, il est préférable qu'elle soit routinière, elle est plus rassurante et les anomalies, peut-être inquiétantes, sont immédiatement visibles.

Si vous souhaitez lire la suite de cet article cliquez ici

Date de dernière mise à jour : 17/02/2020

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire