L'enfant doué a besoin de se sentir compris !

Arielle Adda, psychologue depuis plus de trente ans, en institut spécialisé et en cabinet de recrutement. Elle s'est spécialement intéressée aux problèmes des enfants doués. Elle fait des conférences sur le sujet et participe à de nombreux colloques, tant en France qu'à l'étranger.

Elle est également auteur des livres :

« Le livre de l’enfant doué : le découvrir, le comprendre, l’accompagner sur la voie du plein épanouissement », aux éditions Solar.

« L’enfant doué », chez Odile Jacob.

Et bien d’autres ouvrages, comme :

« Psychologie des enfants très doués », qui recense toutes les chroniques publiées sur le Journal des Femmes.

En 2015, elle écrit avec Thierry Brunel le livre « Adultes sensibles et doués » pour trouver sa place au travail et s'épanouir (éditions Odile Jacob).

 

 

Depuis la rentrée Arielle Adda, continue à écrire ses articles intéressants sur les enfants surdoués et voilà donc un extrait de ce dernier mis en ligne le 13 septembre 2019 sur le magasine le journal des femmes.

Une telle harmonie dans la transmission des connaissances et dans l’accompagnement de l’avancée dans la vie ne peut que ravir les enfants doués. C’est exactement ce qu’ils attendent des grandes personnes qui les entourent. Ils savent bien que leurs parents ne peuvent pas tout leur apporter. Il leur a fallu un peu de temps pour admettre que ces parents, si savants soient-ils, étaient complètement ignorants dans certains domaines. Ils étaient obligés de renvoyer leur enfant à une encyclopédie ou bien ils l'accompagnaient dans ses recherches sur Internet. Ils lui ont aussi précisé qu’il y avait des spécialistes dans chaque domaine et que c’est à eux qu’il fallait s’adresser. Ils allaient rechercher des lieux où on les guiderait dans leur exploration du domaine qui les attirait ou dans l’exercice d’une activité, parfois au prix de nombreux kilomètres pour ceux qui habitent loin des villes. Ces merveilleux arrangements ne fonctionnent pas toujours comme on s’y attendrait.

Déjà à l’école, où il faut passer la plus grande partie de la journée, certaines années sont difficiles. Certes, la maîtresse est "gentille", attentive aux progrès des enfants, mais elle ne s’occupe pas particulièrement de celui qui est si calme et discret. C’est un bon élève, il n’y a rien de plus à en dire. D’ailleurs, elle se montre extrêmement surprise si on suggère un saut de classe. D’elle-même, elle n’y aurait jamais songé. On voit bien que cette gentille maîtresse n’a pas du tout perçu la spécificité de son élève doué ; elle ne connaît peut-être même pas cette particularité et, si elle en a entendu parler, elle imagine plutôt l’enfant spectaculaire multipliant de tête des nombres insensés avec l’aisance d’une machine. Son élève serait plutôt distrait, le résultat de ses opérations souvent fantaisistes. Il ne fait pas partie des enfants doués et ne demande pas une attention particulière. L’enfant doué ressent parfaitement qu’elle ne saisit pas sa nature profonde, même s’il ne peut pas l’exprimer clairement

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire