La cohérence des enfants doués, définitivement essentielle "journal des femmes Arielle Adda"

Arielle ADDAArielle Adda, psychologue depuis plus de trente ans, en institut spécialisé et en cabinet de recrutement. Elle s'est spécialement intéressée aux problèmes des enfants doués. Elle fait des conférences sur le sujet et participe à de nombreux colloques, tant en France qu'à l'étranger.

Elle est également auteur des livres :

« Le livre de l’enfant doué : le découvrir, le comprendre, l’accompagner sur la voie du plein épanouissement », aux éditions Solar « L’enfant doué », chez Odile Jacob.

Et bien d’autres ouvrages, comme :

« Psychologie des enfants très doués », qui recense toutes les chroniques publiées sur le Journal des Femmes.

En 2015, elle écrit avec Thierry Brunel le livre « Adultes sensibles et doués » pour trouver sa place au travail et s'épanouir (éditions Odile Jacob).

Adda, continue à écrire ses articles intéressants sur les enfants surdoués et voilà donc un extrait de ce dernier mis en ligne le 18 Décembre 2020 sur le magazine "Le journal des femmes".

Ce mois-ci l'article mis en ligne à pour sujet "La cohérence des enfants doués : définitivement essentielle !" !

Voici quelques lignes de l'article :

 

Il est donc reconnu que ce serait le souci de cohérence qui guiderait les personnes douées, mais son application reste parfois floue.

Enfants haut potentiel

On répète que les enfants doués ignorent longtemps le sens de l'effort, puisqu'il leur suffit d'écouter ou de lire distraitement un résumé du sujet abordé pour le connaître ; pour eux, "comprendre c'est savoir", cette phrase lapidaire suffirait à expliquer le fonctionnement des enfants doués. En fait, s'ils intègrent aussi facilement une donnée nouvelle, c'est parce qu'elle s'inscrit dans un réseau complexe de connaissances, toutes reliées entre elles par de subtiles voies, sa place est toute prête, il ne s'agit pas uniquement d'une excellente mémoire, mais d'une mémoire bien organisée. Un savoir lointain peut être reconstitué, il ne saurait être parcellaire.

Il a y quelques années, l'épreuve de mathématiques au bac demandait l'utilisation de notions qui n'avaient pas été réellement enseignées durant l'année, car non inscrites spécifiquement au programme. Les élèves doués ont très facilement su trouver la réponse et sont sortis contents, assurés d'avoir une bonne note dans leur matière préférée. Las ! L'épreuve a été annulée puisque la notion en question n'avait pas été abordée. Cette décision a coûté la mention espérée à nombre d'élèves doués, ils ont aussi découvert à quel point un souci de justice aboutit à une profonde injustice. Le fait qu'un certain nombre d'élèves avaient su trouver la solution n'a même pas été pris en considération. Si ces élèves n'avaient pas été désarçonnés par cet intitulé inhabituel c'est parce qu'ils avaient bien assimilé l'esprit des mathématiques sans se contenter d'accumuler les cours et sans chercher le lien qui les unissait. Le système tout entier était intégré, ils pouvaient alors s'adapter à des intitulés inédits sans marquer la moindre hésitation.

Il en va de même  s'agissant du mode de pensée d'un auteur, de sa vision du monde, il est ensuite aisé de parler d'une de ses œuvres ou de l'ensemble, parce que sa  façon particulière d'appréhender la vie a été bien comprise dans son ensemble. C'est encore plus clair quand on aborde la conception de l'univers et des interactions humaines des philosophes : quelques citations bien choisies  comme repères permettent de saisir les grandes lignes de leur approche, suffisamment du moins pour l'évoquer brièvement sans trop trahir leur pensée.

Chaque système, qu'il s'agisse de domaine scientifique, littéraire ou philosophique est bien défini et déterminé par sa cohérence, ce qui permet d'en saisir l'essence, c'est l'esprit du domaine abordé ou de l'auteur étudié qui est compris, il est donc possible d'en parler, de la même façon qu'on peut s'orienter facilement dans une ville quand on a bien saisi le plan d'ensemble. On peut alors se demander pour quelles raisons on répète à satiété que les personnes douées ne sont pas plus intelligentes, mais qu'elles possèdent seulement  un mode de pensée différent, c'est pourquoi on serait éternellement surpris par leurs réactions et par leurs raisonnements "originaux et surprenants" affirme-t-on. "Ils ne font rien comme tout le monde" et tout est dit.

Pour lire la suite CLIQUEZ ICI 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×