Un enfant doué trop lisse (Chronique journal des femmes, Arielle Adda, Mars 2017)

Chroniques Arielle ADDA Ca y est, elle est sortie aujourd'hui le 15 mars 2017,  la nouvelle chronique d'Arielle Adda, elle nous parle ce mois-ci de : l'enfant doué trop lisse.

 

 

 

 

 

 

Voici donc les premières lignes

Certains enfants doués « vont bien ». On ne découvre leurs dons que fortuitement : par exemple, ils ont atteint un score étonnant à une évaluation banale ou à un concours particulier. Tout le monde s’étonne de cette performance qui ne peut être due au seul hasard, parfois même elle semble tellement surprenante qu’on préfère malgré tout l’oublier pour éviter de se lancer dans des complications sans fins, difficiles et perturbantes qui finiraient par troubler cet enfant sans histoire 

Tout d’abord, la seule idée qu’il puisse faire partie de enfants dit "surdoués, précoces, doués, etc." est repoussée avec effroi : quand on entend la description donnée de ces enfants, les parents, les pédagogues, l’entourage sont pris de panique.  Cet enfant calme, gentil, souriant même, bien intégré socialement et plutôt bon élève ne présente aucun point commun avec les phénomènes qui ne se sentent bien nulle part, n’ont pas d’amis, sont souvent ingérables et en "difficultés scolaires".
 

De plus, il n’a jamais manifesté de "besoins particuliers" et va en classe sans se rebeller ni donner des signes d’ennui.

Cette réussite accidentelle a été une ride à peine marquée sur une surface lisse, elle s’est très vite effacée sans laisser de trace.

Pour lire la suite de cet article cliquez ICI

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×