Haut Potentiel : Potentiellement Fragile ! (Le petit journal des profs mis en ligne le 20/02/2017)

Haut potentiel Le e-magazine (Le petit journal des profs) a publié le 22/02/2017, un article sur les élèves à haut potentiel.

L’article est signé Claire Nunn, et appelé : "Haut potentiel : potentiellement fragile !"

Claire Nunn enseignante de français, devenue depuis graphothérapeute et coach scolaire, a de plus écrit en 2015 « Quand l’enfant à haut potentiel n’est pas celui qu’on pense …. » ! et en 2016 « La peur du saut…de classe » ! 

Voici un extrait de cet article :

Adapter pour les enfants à haut potentiel ?

C’est une question qui peut agacer. Nous aimerions croire que tous les élèves intellectuellement précoces (EIP) sont forcément doués, épanouis, et « s’en sortiront toujours car ils sont intelligents » : dans ce cas-là, la question ne se poserait pas en effet. Les enfants qui vont bien et qui souvent d’ailleurs ne sont pas « diagnostiqués précoces », n’ont vraisemblablement pas besoin de prise en compte particulière. Ils existent bien sûr, heureusement !

Mais parfois, l’EIP n’est pas scolairement doué et/ou personnellement épanoui. Penser qu’un QI élevé garantit le bien-être et la réussite scolaire serait comme imaginer qu’une personne de haute taille est forcément douée pour le basket. Aussi, les EIP peuvent faire partie des élèves à besoins éducatifs particuliers.
Il y a 40 ans, Jean-Charles TERRASSIER, psychologue et fondateur de l’ANPEIP  a mis en valeur les possibles « dyssynchronies » des enfants intellectuellement précoces. Depuis le rapport Delaubier en 2002, nous avons beaucoup progressé dans la prise en compte des EIP : en 2013, le ministère de l’Éducation Nationale a élaboré un livret : scolariser les enfants intellectuellement précoces.
Petit à petit, le cliché du surdoué obligatoirement « petit génie » a laissé place à des images plus diversifiées, à une pléiade de possibilités, et la prise en compte des EIP devient envisageable. Elle ne doit pas être systématique et il n’est pas question qu’elle soit une réponse à la seule demande des parents qui réclament parfois sans raison une différenciation en tendant le WISC

Pour lire la suite de cet article cliquez ICI

Pour en savoir plus, vous trouverez en fin de chronique ces références :

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !