L'école et les surdoués !

a l'écoleL'école est-elle adaptée à mon enfant ? C'est la question que nombreux parents se posent et avec raison quand leur(s) enfant(s) se trouvent en détresse à l'école. Depuis de longues années, les enfants surdoués ont bien du mal à suivre une scolarité "normale". Pour une raison bien simple : Des programmes non adaptés aux fonctionnements des enfants à Haut Potentiel. En effet, le système scolaire limite la capacité à s'adapter.

L'école tue la créativité, d'années en années, les enfants perdent leur liberté d'esrprit et leur capacité des visions différentes de la réalité car l'école pénalise ce qui n'est pas conforme aux livres et aux leçons. Un professeur n’est pas préparé à être surpris, il veut que les réponses des exercices et des examens soient conformes à ce que dit le livre ou à ce qu’il a expliqué en cours. C’est cela qui limite le potentiel des enfants, ce qui les rend moins ouverts et intelligents. »

 0/20L'école pénalise les erreurs par une note : cela bride et bloque la prise d’initiative. Pourtant, l’erreur est instructive si elle est analysée et accompagnée. L’échec d'un exercice oblige l'éleve à se remettre en question et à déterminer ce qui n’a pas fonctionné pour faire mieux. Le système scolaire ne prépare pas du tout la capacité de réussite à tous ses élèves, c'est navrant pour notre temps. Est-ce q'un jour le système scolaire s'adaptera au fonctionnement de ces enfants "hors normes" ?

La précocité intellectuelle peut être un handicap, scolaire et affectif. Il faut rester vigilant avec ces enfants, ne pas oublier que la précocité intellectuelle est souvent très difficile à vivre. Les professeurs ont bien souvent beaucoup de mal à les comprendre et à s’adapter à leur fonctionnement qu’ils se sentent parfois remis en cause par ces enfants très perspicaces, critiques et curieux. Les professeurs demandent à ces enfants de s'adapter, mais il faudrait urgemment que les professeurs s'adaptent également. Ce qui éviterez de nombreuses déscolarisations, pour poursuivre la scolarité à la maison. Quoi que je soutienne l'instruction à domicile, qui permet de développer  et de nourrir la curiosité et les connaissances des surdoués.

 

J'ai trouvé récemment sur le site magazine "Le Soleil" mettant en ligne un article sur "La détresse d'un enfant surodué" datant de 2012. Je remarque avec tristesse mais sans aucun doute que le système scolaire ne change pas. Pourtant, il clame à tout va être une école "inclusive". Hélas, pas pour les enfants surdoués. Et je ne veux pas être pessimiste, mais je pense que ces difficultés que rencontrent autant les enfants à Haut Potentiel, que leurs parents ne sont pas prêtes de s'améliorer.

Voici l'article sur "Soleil" Magazine, écrit par Daphnée DION-VIENS

À sept ans, Olivier (nom fictif) a déjà sauté une année et fréquente une école internationale. Pourtant, rien n'y fait. Pour lui, «l'école ne sert qu'à occuper les enfants pendant que les parents travaillent». Olivier étant dépressif et de plus en plus malheureux, ses parents se sont rendus à l'évidence : l'école n'est pas faite pour lui et il continuera d'apprendre... à la maison.
Les parents d'Olivier ont su très tôt qu'il n'était pas tout à fait comme les autres enfants. À 21 mois, il identifiait des lettres sur les t-shirts des membres de la famille pendant les partys de Noël. En maternelle, un spécialiste a évalué que son niveau de lecture correspondait à celui d'un enfant de quatrième année. À deux reprises, il a été diagnostiqué comme un enfant surdoué.
«Les gens ont tendance à penser qu'on l'a poussé à apprendre plus vite. Mais ça n'a jamais été le cas, on veut juste qu'il se développe et soit heureux», lance sa mère. Ce qui, pour l'instant, est loin d'être évident.
Olivier déteste l'école non seulement parce qu'il s'ennuie, mais aussi... parce qu'il a de la difficulté à réussir. Paradoxalement, il a 55 % en mathématiques, même s'il maîtrise les multiplications et les fractions depuis belle lurette. En lecture, il a à peine 60 %.
«C'est difficile à expliquer, mais un surdoué n'a pas forcément des bonnes notes. Il y a un décalage entre ses connaissances et la façon d'évaluer.

Pour lire la suite de l'article cliquez ICI

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×